LICHEN PLAN

 

 

 

Pour une raison inconnue, le lichen plan est une affection fréquente dans les régions tropicales, et donc chez les sujets ayant la peau pigmentée.

Il atteint avec une égale fréquence les 2 sexes. Il débute à l’âge de 20 à 30 ans, rarement avant 10 ans.

L'évolution se fait par poussées successives, parfois déclenchées par le stress. Le lichen plan est de cause inconnue.

 

DEFINITION

C’est une dermatose inflammatoire bénigne, mais chronique, le plus souvent papuleuse, prurigineuse et pouvant comporter des localisations muqueuses préoccupantes

 

CLINIQUE

 

La lésion élémentaire est une papule, dont l’aspect est très caractéristique : petite, violine, légèrement saillante, à bords nets et polygonaux, à surface plane, brillant à jouir frisant parfois finement striée (stries de Wickham).

Ces papules sont prurigineuses.

Elles se regroupent en nappe de taille variable. Les sièges de prédilection sont :

-face antérieure des poignets et des avant-bras

-la région lombaire

-moins souvent les membres inférieurs

Le visage est épargné.

Des papules qui se regroupent en une file le long d’une strie de grattage, c’est le phénomène de Köbner.

L’évolution est variable, chronique, capricieuse. Les poussées sont parfois liées à des difficultés psychologiques. Le plus souvent le traitement hâte la guérison. Il peut persister des macules pigmentées.

 

HISTOLOGIE

Devant une forme atypique, elle confirme le diagnostic par biopsie cutanée.

-hyperkératose orthokératosique ave une hypergranulose et une hyperacanthose

-découpe arciforme de la basale, infiltrat lymphocytaire dermique, superficiel « grignotant » la basale (disposition dite « lichénoïde »)

 

FORMES CLINIQUES

1-Formes topographiques :

Lichen buccal : Localisation fréquente souvent associé à un lichen cutané. La face interne des joues est la localisation la plus évocatrice en regard des dernières molaires. Il se présente sous la forme de stries blanches (porcelainés) formant un réseau pseudo papuleux à la palpation. La muqueuse est souple, pas d’infiltration ni de signes fonctionnels. Diagnostic différentiel : lupus chronique, leucoplasie (plaque ou tache blanche qui ne disparait pas au grattage. Biopsie car suspicion de néoplasie surtout sur terrain alcoolo-tabagique)

Lichen lingual : Il se situe sur la face dorsale de la langue. Il réalise des taches lenticulaires, rondes blanches, très bien limitées donnant un aspect en feuille de fougère.

Lichen des lèvres : Il est très rare et réalise des lésions finement réticulées.

Lichen du cuir chevelu : Il s’agit d’un lichen peripilaire réalisant une alopécie cicatricielle à type de pseudo pelade. Diagnostic différentiel : lupus chronique

Lichen palmo-plantaire : Il réalise des papules cornées isolées ou confluentes. Diagnostic différentiel : syphilis secondaire.

Lichen des ongles : Il est rare. Striations longitudinales ou onycholyse.

 

2-Les formes évolutives :

Lichen aigu : Il est plus rare. Il s’observe surtout chez les sujets jeunes. Il se caractérise par un début brutal. Il est fait de lésions rouges violines prurigineuses étendues à l’ensemble de la peau. Il peut s’accompagner de signes généraux. L’évolution se fait vers la résolution complète ou vers un lichen plan typique.

Lichen bulleux : Eruption bulleuse sur les lésions licheniennes ou sur peau saine. Accompagne surtout le lichen aigu.

Lichen érosif : Il s’agit d’érosions post bulleuses ou de lichen érosif d’emblée. Il intéresse les lèvres, les zones d’appui, les orteils. Ce sont des érosions douloureuses susceptibles de se transformer en carcinomes.

Lichen verruqueux : Lésions arrondies ou ovalaires très saillantes siégeant aux membres inférieurs. Le diagnostic se pose avec les plaques de lichenfication ou avec le naevus verruqueux.

 

TRAITEMENT

La prescription d’anxiolytiques est une aide précieuse dans le traitement pour lutter contre le stress.

Il ne faut pas redouter l’effet dépigmentant des corticoïdes de niveau 1 : Dermoval à 0,05 % (crème) et Diprolène à 0,05 % (crème) dont le caractère transitoire n’incite pas à rejeter un traitement majeur du lichen plan.

1-Dans les formes peu étendues :

-Dermocorticoïdes de niveau 1 (Dermoval à 0,05 %, Diprolène à 0,05 %)

2-Dans les formes étendues :

-Corticothérapie per os (30 à 60 mg/jour) pendant 6 semaines. Régime strict sans sel.

-Rétinoïdes (Vitamine A). Ils peuvent être utilisés en application locale ou par voie générale.

-Diprostene en IM, 1 injection tous les 15 jours pendant 6 semaines.

-En application locale :

-Locacid 0,05 % (Trétonoïde), crème). 1 application le soir au coucher

-Roaccutane (Isotrétinoïde), gel. 1 application le soir au coucher

-Par voie générale :

-Soriatane (Acitrétine), gélules de 25 mg. 1 gélule/jour pendant 4 semaines.