LA GIARDIASE

 

 

 

                                           DEFINITION

La giardiase est une parasitose de l’intestin grêle due à un protozoaire flagellé : Giardia intestinalis.

Elle est cosmopolite souvent bien tolérée, voire asymptomatique. Elle peut engendrée des troubles digestifs sévères chez l’enfant.

Le parasite est extrêmement fréquent dans les pays tropicaux (prévalence estimée à 20 à 30 %)

 

EPIDEMIOLOGIE

Le Giardia intestinalis est un parasite de l’intestin grêle. Ce flagellé se présente sous 2 formes :

1-la forme trophozoïte ou végétative :

C’est un flagellé mobile. Ils se multiplient dans le duodénum et le jéjunum initial. Ils vivent plaqués à la surface de la muqueuse, sans pénétrer à l’intérieur des cellules. En cas d’accélération du transit, on les trouve dans les selles diarrhéiques, mais ils franchissent l’iléon et le colon sans jamais les léser.

2-les kystes ovoïdes :

Ils contiennent 2 ou 4 noyaux et 4 flagelles internes. On les observe dans les selles. Ils sont résistants et peuvent survivre plusieurs semaines dans le milieu extérieur (3 mois dans l’eau). Ils représentent les formes de dissémination du parasite.

L’homme se contamine en ingérant des kystes mûrs avec l’eau de boisson, des aliments crus ou à la faveur des mains sales. Les kystes ingérés redonnent des trophozoïtes dans le duodénum.

 

SYMPTOMATOLOGIE

La giardiase  reste asymptomatique ou provoque des troubles digestifs variés.

Le début habituellement progressif est parfois brutal évoquant une gastro-entérite aiguë et associe :

-anorexie

-nausées

-malaise abdominal

-diarrhée aqueuse

-pas de fièvre

La diarrhée est le symptôme dominant : 5 à 10 selles/jour surtout matinales et post-prandiales. Ce sont des selles pâteuses ou liquides, jaunâtres ou claires, parfois mousseuses ou graisseuses, exceptionnellement sanglantes.

Il n’y a ni épreintes, ni ténesme mais parfois des brûlures anales lors de la défécation.

La diarrhée peut être permanente, intermittente ou alterner avec de la constipation.

Le malade se plaint souvent de douleurs épigastriques ou de l’hypocondre droit, d’horaire vaguement post-prandial et de troubles dyspeptiques variés (anorexie, nausées, digestions lentes, flatulences, ballonnement abdominal). En l’absence de traitement, l’état général s’altère, le malade maigrit mais il reste apyrétique.

Un syndrome de malabsorption intestinale peut compliquer la giardiase, surtout chez l’enfant. Cliniquement les selles sont abondantes, malodorantes, graisseuses. L’amaigrissement peut être considérable. Biologiquement, on peut noter des troubles de l’absorption des graisses (stéatorrhée), des protides (créatorrhée), de l’acide folique.

La réponse au traitement par antibiotique et acide folique est un véritable test diagnostic. Les cyclines sont prescrites à la dose de 1 à 2 g/j et l’acide folique à 15 mg/j chez l’adulte. L’évolution est rapidement favorable en 10 à 15 jours. Sinon, il faut ajouter  de la vitamine B12 par voie parentérale.

 

DIAGNOSTIC

L’examen coprologique est en règle suffisant L’examen à frais des selles permet de reconnaître les trophozoïtes mobiles.

 

TRAITEMENT ET PROPHYLAXIE

-le Métronidazole (Flagyl) comprimé à 250 mg à la posologie de 2 à 3 comprimés/jour chez l’adulte et de 10 mg/kg/j chez l’enfant. On recommande 2 cures de 7 jours séparées de 10 à 20 jours.

-Le Timidazole (Fasygine) 25 à 50 mg/kg en prise unique (traitement minute)

-Albendazole (Zentel) 400 mg/j pendant 3 à 5 jours

La prophylaxie collective difficile se résume à la lutte contre le péril fécal. Soulignons l’intérêt du traitement systématique de l’entourage des sujets parasités pour éviter les réinfestations.