CONDUITE A TENIR DEVANT UNE EMISSION DE VERS

 

 

 

                                            COMPRENDRE

-L’émission de vers par voie anale est un fréquent motif de consultation en pays tropical.

-Le recueil des vers émis permet le plus souvent un diagnostic d’inspection.

-Une parasitophobie peut se manifester à travers le récit d’émission de vers imaginaires

 

CONDUITE DIAGNOSTIQUE

Si la description du ver, lors de l’interrogatoire, est insolite, rechercher une source de confusion.

 

1-DEMANDER AU MALADE D’APPORTER L’ELEMENT SUSPECT

Il s’agit d’artéfacts

Le malade a confondu des éléments mal digérés avec des vers. Différentes fibres végétales peuvent ainsi être reconnues comme des vers, de même que des matières plastiques ingérées involontairement ou volontairement (contexte psychiatrique). L’examen au laboratoire des structures incriminées redresse aisément le diagnostic.

Ce sont des larves de mouches

Les mouches pondent des œufs sur les matières organiques en décomposition. Après éclosion des œufs, apparaissent des asticots. Si des matières fécales humaines sont accessibles aux mouches, des larves de mouches peuvent être découvertes à la surface des selles. Cette situation s’observe essentiellement en milieu rural lorsque le manque d’équipement sanitaire ne permet pas l’évacuation ou la destruction régulière des excréments émis dans le milieu extérieur.

Les parasites sont imaginaires : c’est une parasitophobie

C’est une pathologie psychiatrique assez fréquente. Le malade est persuadé d’être victime de " vers ". Il peut les retrouver dans les selles, sur sa peau, dans ses cheveux…Avec le temps, ces " vers " présentent un caractère envahissant qui s’accentue dramatiquement. Pour affirmer la nature psychiatrique des troubles, il faut s’assurer de la négativité du bilan parasitologique (absence d’hyperéosinophilie, trois examens de selles négatifs)

2-IL S’AGIT BIEN DE VERS ET L’INSPECTION PERMET DE POSER LE DIAGNOSTIC

Ce sont un ou plusieurs grands vers rosés d’une dizaine de centimètres

Qui sont retrouvés dans les selles, ou qui ont été émis lors de vomissements. La taille et l’aspect de ver rond qui ressemble à un ver de terre mais dont la couleur est rose permet de l’identifier comme ascaris. Cette situation qui témoigne le plus souvent d’une infestation massive est rarement observée en France.

Ce sont un ou plusieurs petits vers blancs de l’ordre du centimètre

Ronds, mobiles, retrouvés dans les sous-vêtements ou au niveau de la marge de l’anus, plus rarement à la surface des selles. Ce sont des oxyures. Cette parasitose cosmopolite est fréquente chez les enfants du monde entier.

Ce sont des segments plats blanchâtres

Dont les côtés varient entre 0,5 et 1 centimètre. Ces segments peuvent être retrouvés en dehors des selles, souvent dans les draps le matin au réveil ou dans les sous-vêtements ou encore dans les selles.

Ces éléments parasitaires ressemblent à des morceaux de nouilles plates (tagliatelles). Ce sont des " anneaux " de taenia. Si l’examen est retardé après l’émission, " les anneaux " sont racornis, de teinte jaunâtre. En les plongeant dans de l’eau, une réhydratation permet de leur redonner un aspect plus caractéristique.

 

TRAITEMENT

C’est prescrire des anthelmintiques

OXYUROSE

-Fluvermal : 1 cp à renouveler 3 semaines après la première cure + règles d’hygiène ou

-Povanyl : 1 dragée ou 1 cuillère à café/10 kg de poids.

ASCARIDIASE

-Fluvermal :  2 cp/jour pendant 3 jours

TAENIASIS

-Biltricide : 50 mg/kg en 3 prises pendant 10 jours

 

En Afrique le traitement de référence est le Mebendazole :

Adulte : 1 comprimé (100mg) matin et soir pendant 3 jours. En cas d’oxyurose 15 jours à 3 semaines après, renouveler le traitement.

Enfant : 1 comprimé (100mg)/jour pendant 3 jours En cas d’oxyurose même attitude que chez l’adulte.