POLIOMYELITE

 

 

                       GENERALITES

-La poliomyélite est une maladie infectieuse épidémique et endémique à travers le monde.
-C’est une maladie virale due des poliovirus (souches I, II, III)
-La transmission est oro-fécale.

-Dans les zones où la poliomyélite est endémique, les épidémies touchent principalement les enfants < à 5 ans.
-Dans les zones non-endémiques, lorsque la couverture vaccinale est faible, les jeunes adultes sont le plus souvent touchés (glissement vers une tranche d’âge plus élevée)
-Plus de 90 % des infections sont asymptomatiques ou se manifeste par un épisode fébrile aspécifique

PHYSIOPATHOLOGIE

La poliomyélite est essentiellement une maladie affectant les cellules de la corne antérieure de la moelle avec comme résultat une paralysie du neurone moteur inférieur caractérisée par une paralysie flasque et une sensibilité normale.

CONSEQUENCES

1-Muscles :

De la destruction des cellules de la corne antérieure peut résulter tous les degrés de paralysie, depuis un degré minime qui peut guérir totalement, jusqu’à la quadriplégie complète avec atteinte du tronc.
Les membres inférieurs sont plus souvent atteints que les membres supérieurs. Les muscles paralysés présentent une atrophie, une infiltration graisseuse et un remplacement par du tissu conjonctif.
Le déséquilibre entre les muscles aboutit à des déformations. Elles sont principalement dues à la traction excessive des groupes musculaires les plus forts.
Des rétractions secondaires des ligaments et des capsules articulaires peuvent être souvent l’aboutissement de raccourcissement de longue durée des muscles et des tendons.

2-Os et articulations :

La paralysie d’un membre en période de croissance entraîne son raccourcissement, avec diminution marquée du diamètre de l’os. Des fractures surviennent fréquemment mais se consolident bien.
Les articulations cependant sont complètement indolores et totalement mobiles dans les limites permises par le degré de contracture des tissus mous environnants.

3-Peau :

Les membres pendants peuvent devenir œdématiés dans les climats froids sous l’effet de la stase et de la pesanteur.

4-Appareil respiratoire :

Les infections pulmonaires sont fréquentes, dues à la paralysie des muscles intercostaux et du diaphragme ;

5-Effets de la paralysie bulbaire :

D’habitude, les paralysies bulbaires régressent sans séquelle. A la phase aiguë de ces paralysies l’inhalation des secrétions peut provoquer un abcès pulmonaire.

 

CLINIQUE

La forme paralytique (paralysie flasque aiguë, PFA) survient dans moins de 1 % des cas. Pour chaque cas de PFA, il y a 100 à 200 cas sub-cliniques. Une surveillance active des cas de PFA est donc essentielle pour contrôler les épidémies.

1-Formes non paralytiques :

Les signes cliniques sont ceux d’une maladie virale mineure (fièvre, douleurs musculaires, céphalées, lombalgies). Il est impossible d’en faire le diagnostic si on ne dispose pas de laboratoire. Le diagnostic est donc rarement posé en dehors d’un contexte épidémique.

2-Formes paralytiques :

fièvre isolée ou associée à des troubles digestifs (vomissements, diarrhée), myalgies, syndrome méningé. Des paralysies asymétriques, hypotoniques s’installent en 48 heures (le matin au réveil) avec abolition des réflexes et risque de paralysie respiratoire.

Le diagnostic différentiel est le syndrome de Guillain-Barré, autre paralysie flasque aiguë.

 

TRAITEMENT

-Purement symptomatique
-Les formes paralytiques seront prises en charge à l’hôpital : nursing, ventilation assistée en cas de paralysie respiratoire

-Rééducation fonctionnelle des formes paralytiques à commencer rapidement dès la stabilisation des lésions pour éviter l'atrophie et les rétractions.

 

PREVENTION

Dans le cadre des campagnes d’éradication de la poliomyélite, le vaccin oral est recommandé (Sabin) pour des raisons de coût, de facilité d’administration, mais surtout à cause de ses qualités épidémiologiques : Il confère une immunité intestinale rapide (épidémie) et une protection des contacts susceptibles grâce à sa diffusion secondaire dans le milieu naturel.

SCHEMA VACCINAL

-1 dose à la naissance
-1 dose à l’âge de 6 semaines, 10 semaines et 14 semaines
-rappel 1 an après et à l’âge de 6 ans

 

 

CONDUITE A TENIR FACE A UNE POLIOMYELITE ANTERIEURE AIGUE

-Considérer tout cas de PFA comme une suspicion de poliomyélite
-Confirmer le diagnostic clinique par l’isolement du virus : prélèvement de 2 échantillons de selles à 48 heures d’intervalle, à adresser au laboratoire.
-En attendant la confirmation, vacciner tous les enfants < à 5 ans vivant à proximité quelque soit leur statut vaccinal.
-Dès confirmation du cas, organiser une campagne de vaccination de masse

RAPPEL DE LA VACCINATION STANDARD

-A partir du 2e mois 3 injections ou 3 prises orales à 1 mois d’intervalle
-Rappel à 1 an, 6 ans et 18 ans