Actualité de l’ONG

logo

Bienvenue sur le site de l'ONG Santé Sans Passeport.

 

Depuis mars 2000, SANTE SANS PASSEPORT, effectue des missions médicalisées dans le nord du Sénégal. Ces missions ont lieu en mars (saison sèche) et octobre (saison des pluies). Elles sont composées de 4 personnes et une durée de 15 jours.

Parallelement au Sénégal, 4 missions médicalisées ont été effectuées au Niger. Pour des raisons de sécurité elles ont été arrêtées à la suite de la prise de 5 otages le 16 septembre 2010 à Arlit (Niger) et l'assassinat de 2 français le 9 janvier 2011 à Niamey par AQMI (Al Qaïda Magreb Islamique).

A ce jour, 30 missions médicalisées ont été réalisées au Sénégal prenant en charge 26290 malades. Au Niger, 4 missions et 4560 malades.

EDITORIAL : HALTE AUX VIOLENCES FAITES AUX FEMMES AUX SENEGAL

 

 

Les violences dont sont victimes les femmes au Sénégal ont selon les derniers chiffres de 2016 (Agence Nationale de la Statistique et du Développement) une courbe exponentielle très inquiétante.

Les chiffres sont glaçants. La parole des femmes se libère. La femme   s’affranchit peu à peu…
– 60% des femmes Sénégalaises sont victimes de violence physique conjugale
– 50 % pour la tranche d’âge entre 20 et 40 ans
– 32,7 % pour la tranche d’âge entre 40 et 60 ans
– au-delà de 60 ans, ce sont des violences d’ordre psychologique

Seulement 2 régions (St Louis et Louga) sont en deçà de  50 % de violences subies par les femmes. Les 12 autres régions sont toutes au-delà de  50 %.  

Il faut préciser que les chiffres concernant l’excision ne sont pas pris en compte (elle est  pourtant interdite par la loi du 29.01.1999 mais encore largement pratiquée).

Le nombre de viols est en constante progression. Il est ahurissant. Selon, les statistiques de l’association des femmes juristes au Sénégal, 3600 cas ont été recensés en 2016, c’est-à-dire 10 viols/jour. La réalité est sans doute pire encore car le silence tait des chiffres bien supérieurs !

Les causes de cette violence exercée sur les femmes Sénégalaises sont multifactorielles.

La société Sénégalaise est une société patriarcale dominée par le poids de la religion musulmane. L’homme détient le pouvoir, l’autorité, et abuse de ses prérogatives. La polygamie ne fait qu’aggraver cette situation. Il s’y ajoute le manque d’éducation, les coutumes, l’ignorance ponctuée par l’analphabétisme pour 51 % de la population.

Mais cette société bouge pour et grâce aux femmes. Les femmes  sont soutenues par de nombreuses associations nationales et ONG internationales. L’installation  en 2004 de la première maison de justice, maintenant au nombre de 16 est  un mode alternatif de règlement de conflit. Elles permettent également  l’écoute de ces femmes totalement désemparées psychologiquement.

C’est la révolte de la femme à travers un combat du respect et de sa dignité. Il est largement amorcé. Mais ce combat est loin d’être  gagné car une société n’évolue que lentement. Ce proverbe Africain qui doit être présent à chaque instant  quoique qu’il advienne : « Si le plan ne fonctionne pas, change de plan, mais pas de but »

Le Président de SANTE SANS PASSEPORT                                    9.02.2018

Moustapha – Kératotomie

 

Moustapha, 42 ans, habite le village de MBilor dans la région du Walo (nord du Sénégal).

 

Présentant un kératocone bilatéral (déformation de la cornée formant un cône) il a été opéré  par Bertrand VABRES dans le service d'ophtalmologie du CHU de NANTES. La kératoplastie (greffe de cornée) de l'oeil droit a été réalisée  le 1er juillet 2013 et celle pour l'oeil gauche le 23.11.2016.  Malheureusement il a développé un astigmatisme très important tant de l'oeil droit que de l'oeil gauche, lui rendant impossible une vision correcte.

Il a donc été opéré par Isabelle Orignac (CHU Nantes) le 12 juillet 2018. Elle a pratiqué par laser une Kératotomie (incision bilatérale de cornée) pour corriger cet astigmatisme. Le résultat ne sera connu que d'ici trois mois, avec l'espoir qu'avec des lunettes, la correction soit suffisante pour envisagé le retour à une vie active.

Fanta, malformation congénitale des pieds.

Fanta, est une fillette de 24 mois qui habite Thiès, ville à 70 kms au Nord de Dakar.

Elle est née avec une malformation congénitale.: deux pieds bots. La fréquence de cette malformation est d'1 cas pour 1000 naissances.  On ne connait pas la cause. Elle touche 2 fois plus le garçon que la fille. Fanta a déjà été opérée à l'hôpital St Jean de Dieu de Thies.

Fanta va etre prise en charge dans le service de chirurgie orthopédique pédiatrique du CHU de NANTES par Emmanuelle MAYRARGUE (spécialiste du pied). Le traitement associe la chirurgie (opérée le 5 juillet 2017) et la correction orthopédique par plâtre à raison d'1 plâtre  par semaine. La durée est de 8 semaines.

Fanta viendra accompagnée de sa maman  le 12 juin 2017 et repartira au Sénégal le 31 août 2017.

 

Mamoudou, 14 ans, acuité visuelle.

Mamoudou a 14 ans et habite la ville de MATAM dans le nord du Sénégal.

C'est le père qui a contacté l'ONG via le site internet. Depuis de nombreuses années son fils se plaint de douleurs oculaires et sa vision n'est satisfaisante qu'à une distance de 20 cm.  Le père s'est retrouvé dans un véritable nomadisme médical au Sénégal consultant de nombreux ophtalmologues. Malheureusement, aucun diagnostic ni traitement.  

Le 30 aout 2016, Mamoudou a eu un bilan ophtalmologique complet par Bertrand VABRES au CHU de NANTES qui a conclu à une limbo conjontivite des tropiques (allergie) qui a lésé gravement la cornée de ses yeux.

Le traitement médical de 6 mois n'ayant apporté aucune amélioration, il faut prévoir une greffe de cornée (kératoplastie) pour l'oeil droit et l'oeil gauche.

 

URGENCE

 
L'ONG ne reçoit aucune subvention des collectivités locales (région, département, ville). Le budget repose essentiellement sur le don des particuliers, des entreprises, ainsi que de la cotisation des adhérents.
Soutenez SANTE SANS PASSEPORT financièrement. Votre argent sert à budgéter les missions à raison de 2 fois/an et le rapatriement de patients en France pour des interventions.
 
CHAQUE DON ENTRAINE UNE REDUCTION D'IMPOT de 66 % DU MONTANT DU DON (un reçu fiscal est envoyé).
 
EXEMPLE : Vous faites un don d'un montant de 100 €. Vous déduisez la somme de 66 €. Le montant donné est en réalité de 34 €
DON